Hajni, la reine du café

Samedi 16 décembre 2017, le Kávépörkölő de Tokaj proposait plein de gâteaux crémeux préparés par les habitants du coin. Un concours les départageait, organisé par Hajni Pracser, propriétaire de ce lieu spécial réservé à l'amateur de vrai et bon café.

Depuis 2013, on peut boire du vrai et bon café à Tokaj,
grâce à Hajni Pracser et Ronn Wiegand !
Crédit photo :  Gabriella Kecskés.

C'était le tout premier concours de gâteaux de la région, l'Adventi süteménysütő verseny. Il se déroulait au Tokaji Kávépörkölő Manufaktúra és Kávéház. Hajni Pracser, bien dans son époque, avait recruté les participants via Facebook. Le mot d'ordre : les spécimens devaient comporter au minimum un ingrédient de la région. Du miel, des amandes, des noix, de la citrouille, de la confiture faite maison, des prunes, des raisins, du vin... Seize gâteaux trônaient sur la table. Cookies à la citrouille, Flódni, Kossuth Kifli, gâteau de l'Avent, etc.

Les cookies à la courgette, prix du public.
Adventi süti, le gâteau de Noël, premier prix.

L'Aszú préfère le Gerbeaud

Nous étions cinq à tester ces merveilles : György Posta (le maire de Tokaj), le chef du tout nouveau restaurant de la ville, le LaBor Bisztro, Ronn (le mari de Hajni), Beatrix Héri (une amie de Hajni) et moi-même. Constat : la génération Facebook doit encore s'accrocher si elle souhaite faire aussi bon que les grands-mères. Les cinq meilleurs étaient testés sur un Aszú 6 puttonyos 2013 d'Erzsébet Pince, le domaine familial des Pracser. Une chose est sûre : le Gerbeaud, à base de noix, d'orange confite, de chocolat, reste le meilleur ami du liquoreux hongrois.

Hajni  adore le qahwah. C'est son hobby. Avec son mari Ronn Wiegand, ils ont ouvert leur café en 2013, au coeur de la cité endormie de Tokaj, tout près de la place centrale. Un pari osé. Ici, pas de restaurant gastronomique, pas de boutique de luxe, un village de quatre mille cinq cents âmes plus souvent dans les vapes du Bodrog et de la Tisza qu'un lieu vivant et animé. Les deux cours d'eau, qui donnent naissance au botrytis, se rencontrent au pied du mont Tokaj et, une fois unis, passent sous le pont le plus à l'est de l'Europe.

Gerbeaud, le meilleur pote de l'Aszú.
Crédit photos : Levente Gálik.

Deux bébés étoiles

Historiquement, la ville a donné son nom au célèbre vin. Mais, en 2017, on y fait également du café. Hajni peaufine son choix. Elle le fait venir par 500 kg, depuis Bordeaux et Londres. "Quand on boit un café, on a l'impression que c'est juste un café, explique-t-elle. Mais tout est important, tout a été pensé et calculé. De la torréfaction à la quantité de café moulu utilisée au final, nous avons fait plein d'essais et nous cherchons le parfait équilibre." Le choix d'une bonne machine à torréfier, tout comme le choix d'un bon pressoir pour le vin et d'un bon programme de pressurage, est primordial. L'origine du café ?" Pour notre blend, le café maison, nous faisons venir du Single Estate du Brésil, du Supremo de Colombie et du Florès d'Indonésie." Pas aussi compliqué que le vin, fait-elle remarquer, mais presque. Côté consommateur, il y a encore du chemin à faire : "Ils en sont encore à la quantité de lait ou d'eau, plus importante à leurs yeux que l'origine du grain."

Ronn, un Californien pure souche, a lui aussi succombé au charme des étoiles de Tokaj. Il en a trouvé une belle, sa petite nana blonde et fine comme une tige de blé, vive et jolie, qui lui a donné deux bébés étoiles tout aussi magiques, Kamilla, 7 ans, et Ricsi, 5 ans. Cet heureux papa est l'un des rares à être Master of Wine ET Master Sommelier. Mais il s'y connaît aussi en café ! Coffee Master ?

Tokaji Kávépörkölő Manufaktúra és Kávéház, Tokaj, Bethlen Gábor út 10, 3910, tel : +36 47 552 008.

Commentaires

  1. Ah on reconnaît bien la gourmande !!
    C'est clair ! Je suis d'accord avec les spécialistes ! (Ça tombe bien, non ? Hi hi hi !)
    Aszu + Gerbeaud, un délice ! Largement confirmé à tes 50 ans !!
    Café (un très bon, bien entendu !) + Gerbeaud, pas mal non plus !!

    Bon courage à Hajni !
    Vivre de sa passion, même quand on essaye de faire très bien les choses et qu'on se démène et tout et tout... ce n'est pas évident ; peu y arrivent. Alors dans le petit village de Tokaj, comme tu l'expliques, ils ont mis la barre bien haut. En espérant que les passionnés du goût, les fins gourmets, les passionnés des gens passionnés ou des métiers bien faits... sauront se retrouver chez elle pour un très bon expresso ! accompagné d'un petit morceau de Gerbeau... ou de Flodni !?? Mmmmm !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Popular post

Le trio de Raphaël

Valparaiso, vingt ans jour pour jour